» 2018 test des 39 nouveaux Putters !

STATS POUR 2017 – 50 204 connexions

Nouveau Site : « https://encyclopediegolf.fr/ »

Logo Nouveau Site Encyclopedie

Putter 2018

Mais pourquoi les golfeurs ont-ils choisi quelque chose qui a été envoyé « doux » ?
Il y a beaucoup d’explications, et aucune d’entre elles n’est définitive. Une est une balle bien frappée, elle est toujours une fréquence de résonance, une voiture faible, et le club est correctement conçu, c’est le point de transfert d’énergie plus efficace.
Dans les vieux temps , les balles de golf ont été faites différemment.
Les couvertures de balata sont beaucoup plus que les amusantes à mettre en place par rapport aux balles dites de «couverture souple» qui ne passeraient qu’une boule intermédiaire dans les années passées.
Ce que vous aimez, c’est à vous.
La plupart des joueurs ont un impact faible sur l’énergie, mais certains font le pas. J’ai toujours une idée de réduction dans mon putter qui réduit le niveau d’effort, l’ajout d’un peu plus de commentaires sur la façon dont j’ai frappé la balle. Je ne veux pas que cela ressemble à l’angoisse, mais je veux ressentir son impact, alors j’ai sélectionné un putter qui, je crois, répondre à ma préférence personnelle.
L’Odyssée, bien que les puristes de golf ont tendance à être à la base d’insertion. De nombreux puristes disent que les putters ne communiquent pas. Il y a une certaine vérité, la voiture des inserts sont là pour amortir les vibrations, et non pour donner des commentaires. Cependant, si c’est assez bon pour les professionnels du Tour, je ne suis pas sûr de tout ce que le monde a à dire. sont conçus à partir de différents types de traitement. Vous connaissez et comprenez les différences vous permettant de trouver ce que vous aimez et vous aidez à mieux préparer,

2018 meilleurs putters de lame

Comprendre les putters: Loft, Lie et Longueur

mettre le loftPeut-être l’un des aspects plus souvent référencés (mais encore mal compris) d’un putter est le « L, L », aussi connu comme le loft, la longueur et le mensonge.

Plusieurs théories abondent pour ce que ces chiffres devraient être. Bien que de nombreuses théories existent, il faut toujours garder à l’esprit qu’il n’y a pas une seule réponse juste en ce qui concerne les putters. En fin de compte, ce qui vous convient le mieux, c’est ce qui devrait être utilisé. Cependant, les théories entourant les putters devraient pointer quelqu’un avec peu ou pas de connaissances dans la bonne direction, et devraient fournir à une personne la plus grande chance de succès dans un ensemble donné de circonstances.

Les variétés communes de longueurs de putter (pour la pose standard) sont de 33 pouces à 35 pouces, mais il y a une prise.

Tout le monde ne mesure pas la longueur du putter de la même manière. Certains mesurent la longueur au sol tandis que d’autres mesurent le point sucré; Certains mesurent à la fin du capuchon, d’autres à la fin de l’arbre. En outre, même si ces longueurs sont communes, il n’y a pas de règles rigoureuses à propos de quelqu’un qui utilise un putter de longueur définie.

Robert Garrigus sur le PGA Tour utilisait un putter de 26 pouces. Angel Cabrera a remporté les maîtres avec un putter de 39 pouces. Aucun de ces joueurs n’est anormalement grand ou court, mais ils ont utilisé ce qu’ils ont estimé leur donner la meilleure chance de faire des putts.

Pourquoi ces chiffres sont importants?

Un putter qui est la «mauvaise» longueur mettra vos mains dans une position inconfortable et augmentera les chances que vous essayez de corriger votre gêne avec le mouvement du poignet.

Des conseils communs en cas de coupure est que le mouvement du poignet entraîne des incohérences lors de la mise en place. La plupart des théories mettant en lumière que le coup de mise est essentiellement une action très simple. Le coup de course peut être accompli sans beaucoup de charnière. Il est si simple et peu énergique qu’une simple rotation des épaules peut propulser la balle à la distance requise. En tant que tel, L’enseignement commun suppose qu’un joueur devrait chercher à utiliser les «gros muscles» – comme le dos et les épaules – plutôt que les «petits muscles» – comme ceux des poignets et des mains – car il est plus facile de tourner régulièrement autour d’une colonne vertébrale que de secouer constamment une paire de poignets. En tant que tel, une longueur de putter confortable est un élément clé de l’analyse. Une longueur de putter confortable peut aider un joueur à supprimer les corrections qui pourraient être nécessaires à partir d’un joueur qui se crispent dans les poignets. Si un putter est trop court, les mains du joueur seront loin de son corps; Si un putter est trop long, les mains du joueur se resserreront contre son corps. Si un putter est trop court, les mains du joueur seront loin de son corps; Si un putter est trop long, les mains du joueur se resserreront contre son corps. Si un putter est trop court, les mains du joueur seront loin de son corps; Si un putter est trop long, les mains du joueur se resserreront contre son corps.

Cependant, ce qui est « confortable » est dans l’œil du spectateur. La plupart des instructions sur la mise en jeu indiquent que le joueur devrait avoir ses yeux directement sur la balle ou juste à l’intérieur de la ligne de la balle (illustré par la ligne pointillée verte ci-dessus). Il est également préférable que les avant-bras forment une ligne droite avec l’arbre du putter vu de l’arrière (illustré par la ligne rouge solide ci-dessus). La façon dont cela vous convient dépend entièrement de nos dimensions personnelles (longueur du bras, hauteur) ainsi que de la façon dont vous approchez la balle (debout plus haut, plus agrippé, etc.).

UN ARTISAN CONTEMPORAIN

Au Studio Scotty Cameron en Californie du Sud, nous ne pensons qu’à une chose, créer les meilleurs putters du monde.

Chaque jour, nous en apprenons un peu plus sur la balle, le putter, leur interaction, et comment l’améliorer. Au moyen des outils de diagnostic les plus sophistiqués, nous rassemblons les informations des meilleurs joueurs du monde, avec lesquelles nous expérimentons de nouveaux modèles, matériaux et technologies.

Ce guide vous aidera à choisir le modèle qui vous aidera vraiment sur les greens. Les éléments-clef pour sélectionner un modèle sont la longueur et le flux en pointe, mais tous les aspects du choix – y compris la forme, le poids, le loft et le lie sont expliqués.

Quel que soit le modèle de putter Scotty Cameron choisi, vous pouvez être assuré d’une constante attention aux détails, à une harmonie parfaite entre apparence, sonorité, toucher et performances.

FORMES

LES PUTTERS SONT TRÈS PERSONNELS.

Beaucoup de joueurs choisissent une forme complétant leur mouvement. Les techniciens préfèrent les formes nettes et carrées, les cols mécaniques. Ceux qui veulent éviter les pensées techniques préfèrent les lignes plus douces et les cols fluides.

Tous les putters Scotty Cameron sont usinés avec précision pour garder square les angles névralgiques de la face, de la semelle et du manche. Chaque tête est sculptée et adoucie pour se couler sur le sol et inspirer confiance à l’adresse.

CHEMIN

LES PUTTERS NE SONT PAS DES PENDULES.

Les putters ne circulent pas de part et d’autre du corps sur un plan vertical.

En raison de l’angle de lie, le mouvement correct est un arc : légèrement à l’intérieur de la ligne de jeu, puis square, et de nouveau à l’intérieur après l’impact.

Une longueur de putter correcte positionne les yeux juste à l’intérieur de la ligne de jeu, et le niveau correct de flux en pointe permet au putter de rester square par rapport à l’arc du chemin pendant tout le mouvement. Les meilleurs joueurs gardent la face square par rapport à l’arc, l’extrémité du putter pointant au milieu pendant tout le mouvement. C’est le bon modèle qui vous permettra de le faire aussi.

FLUX EN POINTE

UN FLUX EN POINTE EST NÉCESSAIRE.

Pour que la tête de putter reste square le long de l’arc, la pointe doit rester “fluide“ pendant tout le mouvement (voir l’illustration du chemin). L’endroit où le col ou le manche rejoignent la tête détermine ce flux.

Si votre mouvement ne suit pas l’arc correct, choisissez un putter qui vous aidera à corriger. Si votre mouvement est naturellement fluide, choisissez un modèle qui vous correspond, cela réduira la tendance à manipuler la face de club avec les mains. La meilleure façon de faire est de taper des balles droites sur terrain plat, à une distance de cinq à six mètres.

LONGUEUR

LA LONGUEUR DÉFINIT LA POSITION DES YEUX.

Une longueur idéale de putter place vos yeux deux à cinq centimètres à l’intérieur de la ligne de jeu, pour vous permettre d’exécuter un chemin correct en arc de cercle tout en conservant une bonne position et un bon équilibre.

Si le putter est trop long, la position à l’adresse sera trop verticale et les yeux trop à l’intérieur de la ligne de jeu. Pour un droitier, le chemin part trop à l’intérieur et le putt sera en push à droite. Si le putter est trop court, la position à l’adresse sera trop penchée et les yeux trop à l’extérieur de la ligne de jeu. Pour un droitier, le chemin part trop à l’extérieur et le putt sera en pull à gauche.

DUAL BALANCE VS. STANDARD

STABILIZEZ VOTRE IMPACT

Ceux qui peinent à obtenir un mouvement fluide avec un putter de longueur normale doivent envisager les Dual Balance. La tête des Scotty Cameron Dual Balance est plus lourde de 50g, un contrepoids de 50g est disposé au bout du manche, lui-même de longueur standard de 38“. Le grip gros diamètre de 15“ de long est destiné à être tenu bas pour placer le contrepoids au-dessus des mains. L’association de tête plus lourde, de poids dans le manche et d’un plus gros grip stabilise le mouvement en réduisant les erreurs traditionnelles : balles qui sautillent, sont poussées ou tirées par les mains.

 

LOFT, LIE & POIDS

LOFT & LIE

Les études menées par le Scotty Cameron Putter Studio montrent qu’une balle est légèrement poussée vers le sol du green, et qu’il faut un lie de 3,5° pour relever la balle vers le niveau du sol et obtenir un bon roulement.

Pour trouver le bon angle de lie, il faut la bonne longueur de club. Un angle de lie standard convient à la grande majorité des joueurs s’ils ont la longueur adéquate.

Édité par Rob Sauerhaft; Commentaires de Michael Chwasky, Mark Dee et Alana Johnson

Pour ClubTest 2017, nos 40 testeurs ont évalué 39 nouveaux modèles de putter chez World Golf Village Resort à St. Augustine, en Floride (notre partenaire de recherche, Hot Stix Golf, adapté à chaque testeur).

FAUT-IL VRAIMENT PUTTER AVEC LES ÉPAULES ?

Putter avec les épaules est l’image la plus répandue pour expliquer la base du mouvement au putting. Mais qu’est-ce que cela signifie exactement ?

On décrit souvent cette image globale du triangle formé par les épaules et les bras :

Mais qu’est-ce que cela implique exactement ?

Serrer les bras ?

Bloquer les poignets ?

Tourner les épaules comme un mini swing ?

Peu de joueurs savent qu’il existe en réalité plusieurs façons d’exécuter un mouvement de putting, qui se classent dans 3 catégories :

1. Mouvement rotatif des épaules. On est alors dans une sorte de « mini swing », mouvement tournant entraînant une rotation de la face du putter.

Si ce mouvement peut sembler naturel, il est souvent le plus difficile à mettre en oeuvre pour une raison simple : la face du putter n’est square qu’en un seul instant et tout décalage dans le contact avec la balle a une incidence immédiate sur la direction.

2. Un mouvement initié par la flexion et l’extension de la cage thoracique.

Ce mouvement qui ressemble un peu à une bascule a l’avantage de maintenir les épaules parallèles à la ligne de jeu mais provoque un déplacement de l’axe du mouvement. Cela se reconnait par la tête qui semble comme « rouler sur les épaules » et recule au moment de l’impact, ce qui a une incidence sur l’angle de frappe qui devient trop remontant.

3. Un mouvement initié par les bras. Le bras gauche se rapproche de la poitrine au démarrage grâce aux muscles adducteurs ce qui entraîne les épaules à suivre le mouvement. Mais les bras se retrouvent alors bloqués par la cage thoracique ce qui là encore demande un ajustement particulier.

Aucun des systèmes n’est parfait et à chaque fois il s’agit d’en comprendre les mécanismes précis.

La justesse biomécanique va venir du fait qu’un joueur va devoir trouver le meilleur système pour lui !

Mais le point critique, et c’est ce qui explique bon nombre d’irrégularités (y compris chez les pros), c’est le mélange des systèmes.

De plus, chaque système appelle des principes bien distincts:

-pour viser,

-pour doser la distance,

-ou pour putter droit.

Il convient alors de faire les bons choix et trouver vos meilleures ressources pour putter de façon naturelle !

Il convient alors de faire les bons choix et c’est exactement ce que vous propose l’expertise PuttingZone : trouver vos meilleures ressources pour putter de façon naturelle !

Nous avons divisé les putters en Blades , Morsize Mallets et Large (High MOI) Mallets .